A LA GLOIRE DE NOMINO

A LA GLOIRE DE NOMINOË

Il faut s'arrêter devant cette figure. Nos vieux saints du VI ème siècle avaient fondé le peuple breton du continent. Sans eux les émigrés venus de la Grande Bretagne ne seraient jamais parvenus à s'implanter solidement sur le sol armoricain. Mais ce peuple restait divisé, coupé en tronçons, en nombre de tribus et de principautés, qui allaient s'émiettant de plus en plus et devaient forcément avec le temps, se trouver absorbés par la grande monarchie carolingienne dont l'énorme envergure, la serre puissante, les pressait et les enveloppait de toute part.

De ce peuple sans cohésion, éparpillé, prêt à tomber en poussière, miné par l'unité de commandement et la création de la monarchie bretonne, fit un corps unique, un faisceau solidement lié, une Nation organisée avec un seul coeur et une seule tête, capable de combiner un effort puissant et unanime pour défendre, contre toute attaque, sa vie et sa liberté.

Les vieux saints avaient fondé le peuple breton : Nominoë l'a constitué en Nation, assurant ainsi pour de longs siècles son existence, son indépendance, la persistance et le développement de son génie et de son caractère national. Sans lui, sous les coups redoublés des Carolingiens, puis des Normands, la Bretagne continentale eut sombré, disparu aux IX et X ème siècles comme disparurent vers la même époque dans l'île de Bretagne les Bretons de Strat-Cluyd et du Cornwall.

Voilà l'immense service que Nominoë a rendu à la Bretagne, aux Bretons de tous les temps ; car si nous-mêmes aujourd'hui pouvons nous parer de ce nom, c'est à lui que nous le devons. Sans lui depuis bien longtemps il n'y aurait plus de Bretagne, ni de Bretons. Quand on regarde les moyens qu'il a mis en oeuvre, on ne sait ce qu'on doit le plus admirer, ou la longue et difficile mais très efficace préparation menée par lui avec une habileté et une patience sans pareilles, ou l'exécution rapide, résolue et foudroyante.Quinze ans de préparation (826 à 841), puis l?exécution enlevée en quatre campagnes (843, 844, 845, 850) ou pour mieux dire d'un seul coup dans la prestigieuse bataille de Ballon, où l'on voit Nominoë, après avoir refait à loisir la force de la Bretagne, la tenant toute entière dans sa main, la lancer d'un bras puissant comme une avalanche sur l'immense armée royale qui après deux jours de grande bataille est disloquée, massacrée, effondrée, anéantie. Désastre honteux, irréparable, pendant que le puissant roi franc s'enfuit comme un lièvre et n'osa plus de toute sa vie regarder en face Nominoë.

Ce qui est plus remarquable encore peut-être, c'est l'enchaînement logique des actes et des pensées, des desseins et des exploits de ce grand homme. On y reconnaît cette unité puissante et forte, caractère des génies de premier ordre. Ce qu'il a voulu dès l'abord, il l'a exécuté jusqu'à la fin, et de même il n'a rien exécuté qu'il n?ait voulu. Après Dieu le génie seul sait maîtriser à ce point les circonstances et plier ainsi les faits extérieurs à son vouloir. Il a voulu la Bretagne indépendante , il l'a faite indépendante. Il a voulu fonder sur une base solide et durable la royauté bretonne, il l'a fondée. Il a voulu fortifier d'abord et ensuite étendre les frontières de la Bretagne, de manière à écarter loin du coeur les coups des envahisseurs et à les repousser plus facilement, il y a réussi.

Et remarquons que cette triple oeuvre du Roi Nominoë a eu véritablement le privilège réservé aux créations des grands génies, la durée. La Bretagne aujourd'hui encore a (du moins elle avait en 89) les limites conquises par l'armée de Nominoë, l'indépendance de la Bretagne a duré et la royauté bretonne est demeurée sous le titre ducal jusqu'au jour où la Bretagne s'unit, sans y être absorbée, à la monarchie française, qui en échange de son indépendance abdiquée, respecta sa liberté jusqu'au bout*.La constitution ecclésiastique elle-même de nos diocèses, à part l'archevêché de Dol, est restée jusqu'à la révolution française ce que Nominoë l'avait faite.

Nominoë, Tad ar Vro, héros, grand homme, vainqueur de Ballon, grand chef de guerre, génie politique, créateur et fondateur de la Nation bretonne … les militants bretons que nous sommes, toujours debouts, toujours en lutte pour la reconnaissance des droits et libertés de la Bretagne, te saluons.

Sources : Histoire de la Bretagne (tome II) Arthur de la Borderie.

*NDLR : Nous ne partageons pas cette analyse et avons toujours dénoncé l'imposture de cette « union » mensongère, réalisée dans la contrainte, dans le sang et la violence, qui a asservie la Bretagne, conquis notre peuple par la force et la ruse.

Ce contenu a été publié dans Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*