Armand Charles Tuffin marquis de La Rouërie.

« Bretons ! Vous devez recouvrer vos anciennes franchises et vos anciens droits, rempart de votre liberté »

Né à Fougères le 13 avril 1751, Armand Tuffin de La Rouërie est un héros de la guerre d'Indépendance américaine et organisateur de la Conjuration Bretonne. Il est un ardent défenseur des libertés bretonnes et devient ainsi un symbole pour les militants et patriotes bretons.
Dès son plus jeune âge il est destiné à embrasser la carrière militaire. Fin 1776 il embarque à Nantes pour rejoindre les Américains qui luttent pour leur indépendance.
Il est reçu par George Washington et devient le « Colonel Armand ». Il recrute des volontaires. La Légion Pulaski, du nom de son commandant, deviendra Armand's Partisan Corps après la mort de Pulaski en 1779.
La Rouërie se distingue très rapidement dans de nombreux combats. Après avoir participé avec ce corps de volontaires étrangers aux batailles de New York, Short Hills, Whitemarsh c'est la bataille de Yorktown qui met fin au conflit. A 32 ans, notre Breton, est fait Brigadier Général par A. Lincoln. Il rentre définitivement en France pendant l'été 1784 couvert de gloire. L'histoire de France se souvient beaucoup moins de lui que de Lafayette ! et pour cause.

En 1785 il épouse Louise Caroline Guérin, marquise de Saint Brice. En 1788, La Rouërie renonce à sa carrière militaire. Breton et fier de l'être il s'oppose à la suppression des derniers « privilèges » accordés à la Bretagne, ces privilèges étant tout simplement les libertés bretonnes, les droits naturels du peuple breton. Ces revendications bretonnes lui valent d'être enfermé à la Bastille le 15 juillet 1788.

1789, les révolutionnaires français abolissent les libertés de la Bretagne. La Rouërie devient anti-révolutionnaire et défenseur acharné des libertés bretonnes. C'est également l'assermentation obligatoire des prêtres qui le pousse à se radicaliser et à mener un combat exemplaire plutôt que de s'exiler comme nombre d'autres nobles. L'immense majorité des prêtres bretons refusent de prêter le serment requis par la loi française, les paysans bretons manifestent leur mécontentement puis c'est la levée en masse contraire au droit breton. Il devient donc impératif d'organiser la résistance et c'est immédiatement le marquis de La Rouërie, héros de l'indépendance américaine, membre de la première des députations bretonnes envoyées à Versailles, qui prend la tête de cette résistance bretonne.

Il fonde l'Association Bretonne. C'est la naissance de la Chouannerie, la Bretagne militaire.

Trahi, pourchassé, à bout de forces et malade, le marquis meurt d'une fluxion de poitrine au château de La Guyomarais le 30 janvier 1793. Il sera déterré et décapité après sa mort par les révolutionnaires fanatiques, mais le mouvement de la Chouannerie continuera encore longtemps contre l'oppression de la France républicaine, révolutionnaire et anti-bretonne.
Ce contenu a été publié dans Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*