Colonisation de la Bretagne: Adsav appelle les Bretons à la vigilance.

Depuis l’élection de Nicolas Sárközy à la présidence de la républiquefrançaise, ADSAV!, le parti du peuple Breton, observe une accélérationrapide du processus de dépossession des Bretons de leur propre terre.Les transferts de population vers la Bretagne, autrefois modestes, sontorganisés en masse et de manière de plus en plus ouverte. Les pressionssur les élus pour qu’ils allouent les logements sociaux à desnon-bretons se font également de plus en plus fortes. Certains mairesrésistent, mais trop nombreux sont ceux qui accompagnent le mouvement,par faiblesse ou complicité. Au lieu d’être consulté sur son propresort, le peuple breton est soumis à une opération de bourrage de crânesans précédent. La presse française rappelait par exemple il y aquelques jours que désormais "grâce" a la loi Hortefeux surl’immigration, des clandestins maliens expulsés par les autoritésfrançaises vont bientôt pouvoir retrouver le chemin de la Bretagne, oùils sont "très désirés". Très désirés par la France, sans doute. Maisque sait-on du sentiment des Bretons puisqu’on ne leur a pas demandéleur avis ? Quant aux "mal logés" qui semblent de moins en moins «désirés » par les parisiens, sont ils également voués a prendre lechemin de la Bretagne ?

Adsav, stop à la colonisation de la bretagne

Adsav !, le parti du peuple breton, rappelle que ces transferts de populations sont à l’évidence contraires à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones du 13 Octobre 2007.L’article 8 de ce document pourtant voté par la France réaffirmel’illégalité de « tout acte ayant pour but ou pour effet de priver lesautochtones de leur intégrité en tant que peuples distincts » et de «toute forme de transfert forcé de population ». Après les attaquescontre notre langue et notre culture c’est désormais notre existencemême que la France menace. Une fois de plus l’Etat français agit aumépris de ses propres engagements.

Nous appelons le peuple Breton à se rassembler et à restervigilant. Nous appelons toutes les Bretonnes et les Bretons à nousfaire connaître les dérives dès qu’elles se présentent, afin de placerle gouvernement français et ses complices devant leurs responsabilités.Nous rappelons enfin que tout ceci n’est pas une fatalité, mais lerésultat de la situation de sujétion dans la quelle se trouve laBretagne vis-à-vis de l’Etat français.

Ar Burev Politikel
Le bureau politique

Ce contenu a été publié dans Communiqués. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*