Danger: Génocide culturel en Bretagne !!

Les Bretons sont viscéralement attachés à leur région, à leur culture,à leurs origines, il suffit pour s’en convaincre de visiter quelquessites sur internet où les bretons s’expriment. En effet, dans plusieursforums que j’ai pu consulter, et sur divers thèmes, les bretonsmanifestent de plus en plus leur intérêt pour leur histoire, mais aussipour les événements qui les touchent chaque jour et bien sûr pourl’avenir qu’on leur prévoit ou qu’ils imaginent.

Beaucoupde discussions tournent autour de la langue bretonne, les bretons sonttrès majoritairement favorables à sa préservation, et cela touche aussibien les bretons vivant au pays que ceux de la diaspora.

Laculture bretonne est riche ; de danses, de chants (kan ha diskan, gwerz..), de contes, de jeux celtiques, de musique celtique, de costumesetc.

Elle est connue et reconnue partout enFrance. La Bretagne est connue dans le monde, grâce à son rayonnementculturel sans doute, mais aussi du fait de sa position géographiquesingulière.

Beaucoup de régions, en France n’ontplus ce rayonnement, beaucoup de régions de France ont plus ou moinsperdu leur culture. Elles finissent, les unes les autres, par rejoindreun creuset unique ne les autorisant pas à exprimer leur originalité,leurs richesses acquises pendant des siècles. De fait, elles ont perduleur héritage.

Si la Bretagne n’échappe pas à cephénomène d’acculturation dû à la mondialisation, à l’ouverture del’Europe, à internet et aux multimédias, à l’américanisation etc., ellese distingue néanmoins par une volonté farouche de conserver sestraditions.

Cependant, un des aspects de saculture le plus en danger est sans doute sa langue. Si celle-ci estenseignée dans les écoles DIWAN, par DIV-YEZH, un peu aussi dansl’enseignement privé, le nombre de nouveaux locuteurs reste faible (del’ordre de 2 à 3000 chaque année) et le nombre de bretonnants denaissance décroît malgré tout, même si ces derniers forment le gros dela troupe (200 à 300 000 selon les sources).

Compte-tenude cette situation, en Bretagne comme ailleurs, certains préconisentl’enseignement obligatoire de leur langue régionale, d’autres s’yopposent.

Un jour ou l’autre il faudra surementtrancher cette question, en consultant les populations concernées,Basques, Catalanes, Corses etc… et Bretonnes en l’occurrence. Saufqu’aujourd’hui, la population en Bretagne, comme sans doute d’autrespeuples minoritaires dans leur région respective, n’est plus tout àfait bretonne.

En effet depuis les années60-70, l’accès aux moyens de communication, les moyens de transport etles infrastructures se sont considérablement améliorés réduisant ainsiles distances. Si bien que de nos jours les gens n’hésitent plus àfaire des mobilités pour diverses raisons, professionnelles, de cœur,changement de style de vie etc. et ce, d’autant plus qu’ils sont demoins en moins attachés à leur région d’origine. De fait, le tauxd’allogènes, en Bretagne en particulier, a crû chaque année, d’abord enbord de mer puis dans les terres alors que, emportés par cette mêmelogique, les bretons sont contraints, par obligation et phénomène deréciprocité, à l’exil pour trouver du travail.

Cesallogènes sont issus de divers horizons, quelques étrangers en centreBretagne, des agents des corps-constitués mutés d’office, desenseignants, des retraités venus passer leur retraite dans une « belle région ».

Nousavons procédé à quelques analyses sur diverses populations, celles-cimontrent un taux d’environ 30% d’allogènes. Ainsi, si la populationbretonne était consultée sur tout sujet tel que celui de la sauvegardede la langue bretonne ou même sur tout autre sujet relatif à laBretagne, comment se comporteraient ces 30%. Même si tous les allogènesne sont sans doute pas opposés à la pratique du breton, la plupart s’endésintéresse forcément. Une des raisons essentielles provenant du faitque cette langue leur est totalement étrangère !

Plusgénéralement encore, ces éléments rapportés méconnaissent souvent laculture bretonne (certains ignorent même que le breton est encoreparlé), étant venus en Bretagne pour d’autres raisons. Partant, ils nese considèrent pas concernés par la défense de notre culture, allantmême jusqu’à la combattre au profit de la leur. Cette situation, en casde consultation de la population sur le devenir de la Bretagne et de lalangue bretonne introduit une distorsion dont on ne sait aujourd’huimesurer l’ampleur !

Plus grave encore, l’arrivéedes allogènes en Bretagne, estimée à 30 000 par an, contribue qu’on leveuille ou non, sciemment ou non, au génocide culturel indéniable encours. Par l’introduction d’us et coutumes différentes des nôtres, parleur investissement dans la vie publique et les associations, ilscontribuent à favoriser la politique d’assimilation à la culturefrançaise.

Par ailleurs, on constate que cetafflux fait grimper les prix de l’immobilier à telle enseigne que lorsde successions, bien souvent les descendants n’ont plus les moyens deracheter le bien familial, qu’ils sont forcés de vendre… (à desallogènes argentés parfois cqfd).

Autrenuisance, en ce qui concerne le monde du travail, la prise de poste pardes ressortissants d’autres régions prive d’autant nos compatriotes quisont obligés d’émigrer vers ces autres régions, perdant à terme leurpropre identité.

Ce phénomène de BRASSAGE nepeut aller que croissant, il participe au génocide culturel des peuples(Bretons, Basques, Catalans, Corses, etc…) avec la complicitébienveillante de l’état français qui a toujours affiché sa volonté defaire disparaître les cultures minoritaires en France.

Bernard Chapalain

Ce contenu a été publié dans General. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Danger: Génocide culturel en Bretagne !!

  1. pnativ dit :

    L’immobilisme de la préfecture du Calvados

    Cela fait plus de 3 ans que la préfecture de Caen et la sous préfecture de Lisieux (en charge du dossier) ferment les yeux sur une pollution de plusieurs hectares, sur le non respect des droits de l’homme et le non respect des lois les plus élémentaires, de plus nos observations sont écrasées du pied. Ce mini état hors-la-loi se trouve à Cabourg, OUI, la station balnéaire de notre ami Proust. Dans cette commune on n’y tourne un film pas très romantique, le cheval n’est pas très bien vu non plus contrairement à ce que l’on dit (voir plus bas). Mais le pire, c’est le respect des lois. 3 ans qu’une petite ‘zone Naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique’ ZNIEFF accueil les gens du voyage provisoirement (attention à l’importance de ce mot).

  2. Adsav dit :

    Tout pays a un seuil d’acceptation de l’immigration, car aucun peuple n’est capable d’intégrer une quantité illimité de nouvelles population sur son sol.

    Si on simplifie, si dans un village de 50 habitants on fait venir un famille de 5 personnes de nons bretons, ils pourront s’intégrer, prendre connaissance de notre culture, apprendre les traditions du village, et en venir à se sentir comme appartenant à cette communeauté et à en défendre les principes, la culture etc etc

    Si dans ce même village on fait venir 4 familles de 5 personnes chacune, ces familles auront beaucoup plus de mal à s’intégrer, et surtout, si ces 4 familles ont la même origine, ils vivront alors en vase clot et même en faisant quelques efforts ne s’intégreront jamais réellement, car ils créeront une mini communeauté avec ses règles, sa culture etc etc

    Tout ça pour dire, un pays qui est protégé par un état peut se permettre de jouer avec les transfert de populations, mais la Bretagne qui est totalement dépourvue d’institutions pour protéger sa culture, son histoire, sa langue, est beaucoup plus affaiblie face à ces transferts. Et encore plus en Bretagne ou l’on doit se battre pour faire survivre la culture bretonne (histoire, langue, traditions…).

  3. Adsav dit :

    Ce texte n’est ni de moi ni d’Adsav, ni d’un militant d’Adsav, arrêtez de voir le mal partout et d’immaginez Adsav partout dès qu’un texte ne vous plait pas.

    Où voyez vous dans cet article parler de replis sur soi ? de rejet de l’autre ? Nulle part, vous tirez des déductions basée sur vos à prioris.

    J’ai posté cet article car je pense qu’il est important d’ouvrir les yeux sur le fait que la Bretagne n’est plus une terre occupée que par de bretons, et comme le soligne l’auteur de cet article, comment agiront ces non bretons quand on leur demandera de voter pour la réunification, pour la langue, pour la sauvegarde de notre culture.

    On se fiche de savoir qui est l’étranger à notre époque, ce qui importe c’est de savoir comment les gens qui habitent dans notre pays considèrent notre culture, se sentent t’il suffisament bretons pour prendre la défense de notre langue avec nous, ou au contraire vont t’il se battre pour imposer leur culture importée de France ou d’ailleurs.

    Se voiler la face et refuser de se poser les bonnes questions est grave, un jour on se rendra compte qu’il n’y a plus que 50% de bretons en Bretagne, que le reste seront des retraités parisiens, des immigrés français ou autres, et tout ce beau monde n’en aura rien à faire de notre culture, langue, de nos revendications politiques etc etc

  4. Loïc dit :

    Ce constat, quoique partisan et un peu caricatural, n’en est pour autant pas faux. La raison principale n’en est pas le gouvernement français (c’est un phénomène mondial) mais, comme c’est justement souligné, les progrès techniques en matière de transport. Aucune région, aucun pays ne peut plus dorénavant vivre en vase clos. C’est en cela que votre combat me paraît un combat d’arrière-garde et que les solutions à ces problèmes, réels, ne peuvent en aucun cas être un repli sur soi. Le rejet de l’autre n’est une solution satisfaisante qu’à très court terme et ammène immancablement à des conflits -l’histoire l’a montré à d’innombrables reprises. Les solutions à ce problème global ne peuvent être que globales.

    Il y a plusieurs siècle, l’étranger était celui du village voisin. Puis, c’est devenu celui de la région voisine, du pays voisin et maintenant, c’est l’ordre naturel des choses, celui du continent voisin. C’est un fait, il faut l’accepter et trouver des solutions aux problèmes engendrés par cette réalité. La culture en Bretagne se porte bien (contrairement à vos dires alarmistes) et c’est justement une des conséquences du phénomène que je décris plus haut. Le problème de l’immobilier est réel (et est même plus aigü dans d’autres régions françaises). Il va donc effectivement falloir se pencher dessus…

  5. Yann dit :

    Humm..c’est quoi le rapport avec la Bretagne… ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*