Interdit de parler breton et de cracher par terre

"Parc interdit aux chiens et aux Juifs!", vous en avez surement entendu parler à l’école, ou par vos grands parents, mais encore une fois ce que la république française dénnonce des nazis, elle en a été elle même la créatrice. Ces petites phrases choc ayant pour but d’humilier un peuple ou langue en l’associant à un acte dégradant, nos grands parents l’ont vécu en Bretagne avant l’arrivée des nazis, avec les affiches "Interdit de parler breton et de cracher à terre".

Il existe des centaines de citations de ministres, de préfets, et de représentant de la république française, qui ont tous eu comme point commun leur racisme contre les bretons et notre culture (tout particulièrement la langue). En voici deux dans le thème du génocide culturel de la langue bretonne.

"Surtout rappelez-vous, messieurs, que vous n’êtes établis que pour tuer la langue bretonne."
Un sous-préfet du Finistère, Discours aux instituteurs.

"Un principe qui ne saurait jamais fléchir: pas un mot de breton en classe ni dans la cour de récréation."
L’inspecteur d’académie Dausimont

Aujourd’hui ce racisme prend une forme rampante, insidieuse et doncplus difficile à combattre. L’Etat français continue d’avoir peur denotre culture.

 

Ce contenu a été publié dans Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Interdit de parler breton et de cracher par terre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*