Marées noires : des solutions bretonnes, et vite !

Marées noires : des solutions bretonnes, et vite !  

 

Depuisplusieurs décennies la Bretagne est souillée à intervalle régulier pardes marées noires, dont les coûts environnementaux, humains etéconomiques sont énormes. Adsav, le parti du peuple breton, rappelleque ces tragédies à répétition ne sont pas le fruit du hasard mais résultent d’une mauvaise gestion des risques. Le 16 mars 2008, trente ans jour pour jour après la tragédie de l’Amoco Cadiz,  la raffinerie de Donges a laissé échapper 400 tonnes de fuel lourd toxique. Cette raffinerie appartient au groupe Total et est située à la lisière des marais de Grande Brière classés site Natura 2000. 100tonnes se seraient déversées dans l’estuaire et 300 tonnes sur lesberges de la Loire. Alors que la catastrophe écologique s’étendtoujours, laccident a donné lieu à des prises de position inacceptables de la part de l’entreprise Total et de l’Etat français.Tout est fait pour détourner l’attention et minimiser l’accident. Aécouter le personnel économico-politique français il n’y aurait aucunmotif de se plaindre, les responsabilités étant « reconnues » et« assumées ». S’il est commode de s’affirmer responsable mais pascoupable, les Bretons, eux, sont en droit de demander des comptes. Lescoupables doivent payer.

 

Adsav, le parti du peuple breton entend également souligner, qu’au delà des justes réparations, c’est une véritable gestion des risques environnementaux dont la Bretagne a besoin.Or, l’Etat français n’est pas en mesure de mettre en place les bonnessolutions dans la durée. La France oscille entre l’idéal abstrait du« principe de précaution » et le laxisme des pratiques; elle maintientd’un côté l’illusion du risque zéro pour mieux fermer les yeux sur lespires pollutions. Face à tant d’incompétence, il est temps pour lepeuple breton de prendre lui-même en charge sa politiqueenvironnementale fondée sur une véritable gestion des risques. Ungouvernement breton commencerait par faire respecter les normesinternationales dans ce domaine.

 

Kuzul meur Adsav, Strollad Pobl Vreizh
 
Avec Adsav, contre toutes les marées noires ! 
Ce contenu a été publié dans Communiqués. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Marées noires : des solutions bretonnes, et vite !

  1. robespierre2 dit :

    Salut, il y avait longtemps que je n’avais commenté un de tes articles. Mais, comme je suis d’accord à 100% avec toi, je ne m’en prive pas. C’est vrai que la Bretagne est particulièrement touchée par ces saloperies. Tu parles de l’Amoco Cadix, je m’en souviens, mais n’y avait-il pas déjà eu l’affaire du Torrey Canion? J’étais jeune à l’époque, mais j’ai retrouvé une chanson de Gainsbourg qui date des années 60 (début) et s’intitulait « TORREY CANION » : chanson engagée, ce qui est rare de la part de Serge.
    N’y a-t-il donc aucune loi interdisant à un pétrolier ou un tanker (je ne sais pas comment on appelle vraiment ce genre d’engins!) de s’approcher des Côtes Françaises…à…moins de 100 Kilomètres…voire davantage? Ce qui me torture dans ces affaires de pollution, c’est de voir, comme tu le soulignes, l’indifférence des grands groupes, comme TOTAL, « responsable mais non coupable » (ça me rappelle une autre affaire…de contamination, pollution sanguine). Ce qui me torture aussi, c’est de voir que les bretons sont là,prenant sur leur temps de travail et de loisir, en train d’arracher, à la pelle, pire, à mains nues, ces galettes de fioul, tous les jours…alors que cela devrait être fait, en toute logique, par des ouvriers de Total…Tout pollueur doit dépolluer, non?
    Enfin, souhaitons que de telles saloperies n’arrivent plus.
    Salutations

  2. robespierre2 dit :

    Salut, Yann. J’ai fait des recherches. Le Torrey Canion a bien déversé sa saloperie en 67, touchant le Finistère.
    Salutations. J’aime bien être sûr de ce que j’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*