Ronan Le Gall répond à Jean-Luc Mélenchon.

Monsieur

Je découvre avec stupeur, sur votre site, les propos que vous tenez sur la Bretagne et les Bretons.…

Vous vitupérez contre un défilé de bagadoù, de danseurs bretons sur leschamps élysées. Il y aurait selon vous, derrière tout cela unemanipulation d'aventuriers douteux et bien entendu le spectre dunazisme.

Alors puisque vous parlez de nazisme, mettant en application le vieiladage « calomniez il restera toujours quelque chose » permettez-nous deremettre une bonne fois pour toutes les pendules à l'heure, concernantcette question touchant tant notre Bretagne que votre idéologierépublicaine.

Vous n'êtes sans doute pas sans ignorer que le modèle politique d’AdolfHitler a été la révolution française, aussi bien dans son essence quepar son application. Le pharmacien Camer qui préconisait l'emploi desgaz toxiques pour exterminer les Vendéens et les fours crématoires oùfurent jetés femmes et enfants aux Lucs-sur-Boulogne lui ontcertainement étés précieux pour son inspiration, tout comme le camp deConlie où furent parqués et affamés les malheureux Bretons cent ansplus tard. Et Streicher, le procureur du Reich, de qui était-il le filsnaturel sinon de Fouquier-Tinville et de Carrier ? Franchement, il fautavoir un certain culot pour se réclamer d'un système qui a engendré lespires régimes totalitaires du XXe siècle!
Vous n'êtes pas sans ignorer non plus que les "collabos" françaisvenaient en majorité de votre famille politique. Déat, Doriot, Lavalétaient-ils des patriotes bretons ? Non. C'étaient des socialistesfrançais, comme les députés qui ont voté les pleins pouvoirs aumaréchal Pétain, comme vous!

Quant à la Bretagne et aux Bretons, ils n'ont rien à se reprocher,comme toute étude historique sérieuse le démontre très rapidement.L'amalgame entre le nationalisme breton et le nazisme relève du purfantasme et de la désinformation honteuse. La poignée de Bretons – unetrentaine au maximum- ayant combattu sous l'uniforme allemand, plus paresprit de révolte contre la France, d'ailleurs, que par engagementidéologique, fait-elle oublier les centaines qui eux ont rejoint larésistance ? Doit-on amalgamer le combat breton en faveur de la libertéet de l'identité avec une idéologie étrangère sous ce prétexte ? Dans cecas, il nous serait logiquement permis, à nous, Bretons, d'amalgamervotre combat pour la francophonie et la république avec le nazisme envous rappelant les 10 000 SS français de la division Charlemagne et lenombre aussi important si ce n'est plus de miliciens et nervis françaisde toutes sortes au regard du nombre de résistants !

Mais cela n’a rien d’étonnant de la part d’un triste personnage quiavoue s’être ressourcé à la fête de l’humma, chez les adorateurs deStaline, Pol pot, Hugo Chavez et autres terreurs en culotte rouge…

Alors Monsieur, si vous ne voulez pas être au mieux ridicule, au pirecomparé à un révisionniste, il est encore temps pour vous de revoirvotre jugement et de présenter vos excuses au peuple breton!

Ronan le gall à la tête de la délagation d'Adsav , pour soutenir les employés licensiés de Rosporden.Ronan LE GALL
Secrétaire national adjoint d’Adsav
Adsav, Strollad pobl vreizh

 

 

 

 

 

 

 

Sur la photo, Ronan le Gall,
le secrétaire national adjoint d'Adsav,
dirige la délégation d'Adsav pour
soutenir les employés bretons licensiés
de Rosporden.

 

Ce contenu a été publié dans Vie d'Adsav. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*