Adsav répond au Télégramme !

Le Télégramme de ce jour publie un article : « L’extrême-droite bretonne prépare les cantonales ». Cet article tendancieux stigmatise Adsav !,le parti du peuple Breton, et appelle une réponse.

Commençons par l’amalgame inacceptable entre l’hymne national breton et « un chant en breton aux accents paramilitaires »(sic). A l’issue de notre congrès annuel, la salle , bondée, s’estlevée et a bien chanté le Bro Gozh Ma Zadou. Cette mélodie, nous lapartageons depuis 1897 avec le peuple gallois ; chaque fois que vousregardez un match de rugby France-Galles, ce chant résonne dans lesstades, et je n’ai encore vu personne s’en plaindre. Contrairement à laMarseillaise, cette mélodie n’a rien de militaire; les paroles, parlentd’amour du pays et on n’y appelle pas à ce «qu’un sang impur abreuve nos sillons ».

Vient ensuite notre service d’ordre « aux couleurs du parti » . Il serait « impressionnant»(sic) qualificatif qui cherche visiblement à faire peur. Pour répondreaux sous-entendus je rappellerai que les personnes qui assurent lasécurité de la salle ne se distinguent des autres participants que parle port d’une casquette et d’un coupe-vent vert. On peut le vérifiersur les photos. D’impressions en préjugés, le journaliste anonyme donton se demande vraiment ce qu’il connaît à la Bretagne, s’emploie à nouscoller des étiquettes peu flatteuses. Vouloir une Bretagne bretonne oùles Bretons puissent rester au pays serait «parler d’immigration »(sic). Parler d’immigration ou de tout autre sujet ne me dérange pas ;mais dans le cas présent on a du mal à faire le lien. A part chercher àtout prix une combine qui justifie le qualificatif « d’extrémiste» ? Puisque le journaliste veut parler d’immigration je dirai en passant que ce n’est pas le parti du peuple bretonqui propose la création d’un ministère de l’immigration, c’est l’actuel gouvernement de la France qui l’a fait.

Doit-on mettre ces amalgames honteux sur le compte d’une ignorancetotale de la chose bretonne? Ce n’est pas à moi de répondre. L’articletranspire de préjugés contre nos symboles, notre langue, et la défensede notre personnalité bretonne. Il donne l’impression désagréable quela France de l’ère Sarkozy est en train de revenir à grands pas àl’ambiance des années 1950, lorsque se dire Breton était un crime. Ilappartient au Télégramme de décider s’il préfère tenir le rôle d’unjournal d’information ou celui d’un tabloïd de bas étage.

Frederig Ar Bouder,
penn-rener Adsav !

Lire l’article sur l’ABP

anti_bug_fck

Ce contenu a été publié dans Communiqués. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Adsav répond au Télégramme !

  1. jcb dit :

    bien que je ne partage pas toutes tes opinions , je trouve honteux pour ce pays que dans la mesure ou ont n est pas dans la pensée unique , ont emplois des mots en les vidants de leurs sences ,ainsi le mot fachiste et actuelement mits a toutes les sauces politiques ,arretons ces amalgames douteux nous sommes un pays libre ou la libre expression et de mise . Ma fammille a payer un lourd tribu en pertes directe avec la barbarie fachiste .Meme si je trouve que défois vos commentaires sont limite sectaire , mais je n y es jamais resenti des accents fachiste , voila c est dit

  2. Adsav dit :

    Merci, nous sommes au moins d’accord sur ce point.

    Malheureusement c’est encore et toujours le vieil adage, « calomniez toujours, il en restera forcément quelque chose ».

    Attaquer une personne ou un groupe en utilisant la calomnie est très efficace, même si c’est suivi d’un démenti qui n’a aucun effet, le mal est fait.

  3. Loïc dit :

    On joue sur les mots, comme toujours.

    ADSAV est un parti de droite nationaliste, rejetant l’immigration extra-européenne. Libre à vous, je ne juge pas ici. Mais n’allez pas pleurer à chaque fois que les gens (très nombreux) qui ne partagent pas votre vision politique vous cataloguent à « l’extrême-droite ». Assumez. Dans l’histoire de certains de vos dirigeants, dans vos références historiques ou philosophiques, dans vos « idées », dans les codes vestimentaires (et les attitudes) de vos militants, dans vos alliances et amitiés avec d’autres mouvements nationalistes, l’extrême droite est omni-présente. Pourquoi diable le nier sauf à vouloir éviter de trop appeurer d’éventuels futurs sympatisants?

    Ceci dit, il est très probable que ce journaliste ait pondu un papier merdique et mal documenté dont ces blaireaux ont le secret. C’est valable pour à peu près tous les sujets…

  4. Yann dit :

    Jouer sur les mots, je ne trouve pas. Qualifier l’hymne de Breton de chant paramilitaire alors qu’il est chanté par le conseil général du 44, c’est déjà au mieux de l’incompètence, au pire de la diffamation.

    Parler de service d’ordre impressionant alors qu’il ne faisait que régler la circulation devant la salle du congrès pour roiente rles voitures vers le parking, c’est là encore du grand délire.

    Tenues vestimentaires ? Tu n’étais pas à ce congrès, le journaliste oui, et justement les tenues n’avaient rien de spécial, au contraire la plupart des cadres étaient habillés en costar.

    Pour l’extrème droite, comme le débat semble avoir eu lieu sur un autre blog où je pense tu es intervenu (il m’a semblé voir ton pseudo/prénom), je ne vais pas y revenir, mais comme l’a dit notre président, l’immigration n’a pas été abordée dans ce congrès, et encore moins lors de l’interview, pourquoi cela vient t’il donc sur le tapis alors que nous avons parlé au journaliste d’action sociale, de protection du littoral Breton, de culture e tlangue Bretonne, de notre postiion nationaliste etc etc C’est tout simplement un article pondu par ce journaliste sans tenir compte de ce qu’il a vu ou entendu, c’est tout l’inverse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*